Liste d'envies
0 produits dans votre liste d'envie

Etre informé des nouveautés Suivre

Filtre
produit

Tapis de la Savonnerie - Tapis de style

(9 Produits)
Le tapis de la Savonnerie
Technique 
Le tapis de Savonnerie est exécuté sur un métier vertical. Le lissier travaille sur l'endroit, à contre-jour, de manière à voir le carton et l'ouvrage face à la lumière. Le velours du tapis est formé par la juxtaposition de boucles et de points noués sur la chaîne, à raison de 8 à 20 points au centimètre carré. Le lissier passe et noue la laine au moyen d'une broche. Cette technique particulière permet de réaliser un velours extrêmement serré.
Histoire du tapis de la Savonnerie
L'histoire du tapis en France débute avec la fondation, par ...
... Henri IV, de la manufacture de tapis « façon de Perse et Levant » établie dans les galeries du Louvre.
Louis XIII développe la manufacture en installant les ateliers sur les bords de la Seine, au pied de la colline de Chaillot, dans les bâtiments d'une ancienne fabrique de savon - d'où le nom de Savonnerie, qui depuis désigne les tapis réalisés selon la technique du point noué.
En 1663, Colbert réorganise la Savonnerie en la plaçant, comme les Gobelins, sous la direction artistique de Charles Le Brun.
Dès lors, elle connaît une période extraordinaire d'activité pendant laquelle sa production, exclusivement réservée au roi, sert soit à des présents diplomatiques soit à l'ameublement des résidences royales.
Sous Louis XV, Audran, Perrot ou Tessier apportèrent avec leurs nouvelles réalisations pour les palais de Versailles et de Fontainebleau un nouveau souffle à la Manufacture. L'Empire et le Restauration renouent d'une certaine façon avec la tradition de Louis XIV en réalisant d'admirables compositions signées Dugourc et Saint-Ange destinées à des lieux prestigieux ( Grand Cabinet de l'Empereur, Salle du Trône du Palais des Tuileries sous Louis XVIII).
En 1825 par ordonnance du 4 mars, la manufacture royale de la Savonnerie est rattachée à celle des Gobelins. Un renouveau stylistique s'amorce au début du XXe siècle avec la réalisation de tapis d'après Félix Bracquemond ou Chéret, ou de feuilles d'écran d'après Odilon Redon. Aujourd'hui
Si la Manufacture de la Savonnerie tisse encore aujourd'hui quelques copies de tapis anciens qui sont substituées à des pièces anciennes, les deux ateliers de Paris et de Lodève, interprètent essentiellement des cartons de créateurs contemporains : peintres (Zao Wou Ki, Soulages, Alechinsky, Buraglio..), architectes, designers (Garouste et Bonetti, Portzamparc, Paulin, Radi Designers, Crasset, Dubuisson..).

Notre site Web utilise des cookies. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Pour obtenir plus d'informations sur la façon dont nous utilisons les cookies et dont nous gérons vos préférences, rendez-vous dans la rubrique. Informations sur les cookies