Silk Pavilion, et si on laissait des vers à soie bâtir notre maison ?

Silk Pavilion

Lorsque les sciences de la nature et l’architecture se rencontrent on assiste à un déchaînement de créativité et on obtient un résultat pour le moins surprenant. Une équipe de chercheurs (savants fou ?) a eu la brillante mais néanmoins saugrenue idée d’utiliser les capacités du vers à soie pour ériger une structure architecturale entièrement composée de sécrétions que cette larve utilise habituellement pour concevoir son cocon. Les propriétés de cette substance qui une fois durcie devient le fil de soie et le comportement de ces petites ouvrières ont été étudiés minutieusement par les chercheurs qui ont utilisé la prédisposition des vers à soie à se déplacer selon la luminosité et de la densité de matière environnante pour créer un algorithme et ainsi prédéterminer leur course.

En mettant une structure de base, composée de panneaux hexagonaux en métal sur lesquels a été tendu un fil de soie pour former un dessin avec des densités de fil variables, les chercheurs ont mis en place un canevas qui a permis au 6500 vers à soie de tisser un gigantesque dôme, le Silk Pavilion, correspondant parfaitement au plan de départ. Le plus impressionnant est qu’il a fallu retirer les cocons avant que ne sortent les papillons car ces dernier auraient pu pondre près d’un million et demi d’œufs qui une fois éclos auraient fournis suffisamment de vers pour construire 250 pavillons supplémentaires.

En utilisant ainsi ces petites bestioles, le MIT a en quelque sorte créé la première imprimante 3D biologique à usage architectural. Les chercheurs ne comptent pas s’arrêter là et envisage de bâtir avec l’aide des vers à soie des structures encore plus audacieuses.  Vous pourrez admirez le travail de ces maçonnes dans la vidéo ci-dessous.

Silk Pavilion 1

SILK PAVILION from Mediated Matter Group on Vimeo.

Partager.

A propos de l'auteur