Notre site Web utilise des cookies. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Pour obtenir plus d'informations sur la façon dont nous utilisons les cookies et dont nous gérons vos préférences, rendez-vous dans la rubrique Informations sur les cookies

×

Le salon en ligne international de la décoration, du design et de l'habitat

Liste d'envies

Demander la documentation Partager ma liste d'envies par email
Univers

Objets décoratifs

De l'ère du bibelot à l'ère du gadget 
 
Avec la production industrielle d'objets accessibles au plus grand nombre à partir des années 1850, on entre dans l'ère du bibelot : le petit objet décoratif s'accumule et s'expose dans les salons bourgeois, sur les tables d'appoint, dans les vitrines et sur les cheminées, de la statuette en bronze à la garniture de cheminée en régule, en passant par le vase Gallé produit en série. Au début du XXe siècle, partout en Europe, des personnalités isolées ou de nouvelles écoles s'élèvent contre cette production industrielle et contre une architecture jugée décorative. C'est à Vienne, Adolf Loss et son livre "Ornement et crime"(1908), c'est à Weimar, les principes du Bauhaus, c'est en Hollande, le mouvement De Stijl, avec Rietveld et Mondrian, tandis qu'à Paris, Le Corbusier définit les principes d'un Esprit nouveau qu'on peut nommer génériquement fonctionnalisme.

Pour le fonctionnalisme, la forme de l'objet et son matériau sont subordonnés à sa fonction : de la juste adéquation de la forme, de la fonction et du matériau naîtra une beauté rigoureuse et rationnelle. Dans les intérieurs, on privilégiera donc les éléments intégrés qui font architecture : tout ce qui se substituera à elle, meubles ou bibelots, sera voué à disparaître. Loos pourra ainsi écrire : « D'un combat de trente années, je suis sorti vainqueur. J'ai libéré l'humanité de l'ornement superflu. "Ornement", ce fut autrefois le qualificatif pour dire "beau". C'est aujourd'hui, grâce au travail de toute ma vie, un qualificatif pour dire "d'une valeur inférieure". » Après-guerre, l'arrivée de nouveaux matériaux comme le plastique, va favoriser la production d'objets bon marché incassables et colorés, qui se substitueront aux anciens bibelots : c'est alors le début de l'ère du gadget. Dans les années 1970, certains designers vont rompre avec la rigueur fonctionnaliste, qu'ils assimilent à un puritanisme, pour produire des objets suggestifs et ludiques.  Aujourd'hui, l'objet décoratif n'a pas disparu de nos intérieurs : on ne l'utilise plus à profusion, mais on l'expose isolément ou en série. Il peut aussi donner lieu à de savantes accumulations par affinités de formes et de couleurs, pour créer de nouvelles natures mortes. 

Cabinets de curiosités
À l'ère de l'objet jetable, les cabinets de curiosités sont à la mode, car ils renouent avec l'esprit de la collection et permettent d'avoir sous les yeux des objets rares qui attirent l'œil et stimulent l'esprit. À ce titre, Ikea vient d'éditer dans son catalogue 2013 un meuble inspiré des vitrines scientifiques, fait pour l'exposition d'objets choisis. Comme les anciens collectionneurs qui rassemblaient depuis la Renaissance les prodiges de nature, fossiles, pierres et cristaux, compressions, œufs ou animaux empaillés, on trouve aujourd'hui des objets d'histoire naturelle faits pour être exposés. On trouve ainsi dans la boutique The Little Museum des oiseaux naturalisés datant du XIXe siècle sous vitrine ou sous globe, du matériel scientifique ancien, porte-pipettes, balances de pharmacie ou perchoirs. Voici encore des peaux d'étude et des crânes en résine de dodo, de caloa ou de smilodon des curiosités marines, nautiles nacrés, étoiles de mer, et les arachnéennes gorgones blanches ou noires (gorgonia flabellum), montées sur des pieds en bois tourné. 
 
Aux véritables objets d'histoire naturelle, certains préféreront le règne de l'illusion, avec les trophées et des animaux exotiques en carton, en peluche ou en fil de fer, afin de constituer une grande galerie de l'évolution ou une arche de Noé plus onirique que scientifique. Évocateurs de mondes lointains, les objets de marine, astrolabes, globes terrestres, sphères armillaires, sextants, longue-vues et boussoles, créent de belles natures mortes scientifiques. Dans le même esprit, les armes et les armures auront une très forte présence. L'atelier de ferronnerie Tavernier propose des armures de chevaliers de la Renaissance en cuivre et acier repoussés à la main, à suspendre au-dessus d'une cheminée. Car le mélange des styles en vogue aujourd'hui trouve une résonance profonde dans l'historicisme du Second Empire, le néo-gothique et le "style troubadour" On accrochera donc un ensemble de dagues, d'épées ou de sabres katanas, à côté d'un masque africain ou d'une armure de daimyô, pour recréer l'éclectisme d'un atelier d'artiste Napoléon III. 
 
Lumières 
Dans un univers high tech et à l'heure de la LED, la bougie n'a pas disparu. Car elle possède ce que l'électricité n'a pas : une odeur, une chaleur, une couleur, une texture, une flamme vivante et dansante. À table, on aime toujours l'éclairage des photophores, petits, en verre ou en métal ajouré qui ponctuent de lumière les tables et permettent aux convives de se voir. La mode est aussi aux grands chandeliers en métal argenté ou aux photophores inspirés des vases Médicis qui donnent un baroquisme précieux aux tables de fête. Bougies et photophores se regroupent sur un coin de cheminée, sur une table basse ou sur les marches d'escalier, afin de créer, dans la maison, des axes de lumière. 


Si l'on a pu aimer, un temps, les bougies de couleur aux formes suggestives, la mode est aujourd'hui aux chandelles à l'ancienne et aux cierges d'église de couleur ivoire qui spiritualisent l'espace : ainsi des modèles de la maison Côté Bastide ou de l'entreprise Fénelon qui produit des cierges imposants et massifs pouvant aller jusqu'à deux mètres de haut, véritables colonnes de cire. On posera ces cierges ou ces bougies à l'ancienne sur de grands pique-cierges en fer forgé ou sur de hauts chandeliers en bois sculpté. Les torchères, ces candélabres montés sur tige dans lesquels on mettait de gros flambeaux de cire à brûler, sont aimés pour leur allure imposante et pour le spectacle de leur flammes vacillantes. On trouve des versions modernes de l'ancienne torchère, à utiliser dehors et dedans, faites en béton et habillées d'un foyer Bio Éthanol et d'une protection en verre. Les girandoles, chandeliers à plusieurs bras ornés de pendeloques en cristaux de verre, sont également recherchées pour leurs belles transparences : on les posera sur une table contemporaine, où la luminosité du plexiglas, la transparence du verre et l'éclat du cristal échangeront leurs reflets. 

La LED a révolutionné l'éclairage contemporain. En forme de bougie, elle crée une lumière tamisée et se pose sur une table de réception pour un éclairage durable, réutilisable et qui ne présente pas les inconvénients de l'éclairage à la cire. Certains modèles comme ceux de la marque Smart Candle, poussent l'illusion très loin, qui se présentent comme des bougies en cire avec, en leur centre, la petite ampoule LED, d'autres encore, proposées par l'entreprise Sunchine, s'allument et s'éteignent en soufflant dessus.

Décoration murale
Car on regroupe aujourd'hui les objets pour créer des ensembles graphiques, des rencontres inattendues, de savantes citations ou d'audacieux anachronismes. Il en va ainsi desboules décoratives en bois, en émaux de Longwy, en verre transparent ou en faïence. Les boules en verre mercurisé sont particulièrement prisées pour leurs reflets irisés : placées sur le trumeau d'une cheminée ou devant un grand miroir, elles capteront la lumière.
 
Mais qu'accroche-t-on aux murs ? L'ancien accrochage à touche-touche n'est plus de mise. On préfère le dépouillement, un ou deux tableaux choisis ou des objets que l'on accumulera pour faire naître des rythmes, des répétitions ou des contrepoints. Ainsi de la juxtaposition ou de l'accumulation des miroirs au dessus d'un lit ou d'une cheminée. Miroirs de Venise et miroirs de sorcière auréolés des rayons du soleil restent les modèles en faveur. Les miroirs convexes permettent de fascinants jeux d'optique et donnent une image en réduction de la réalité, à la manière du prisme de la chambre claire (camera lucida). On multipliera également les hublots et les miroirs arrondis de toute dimension qui donnent une image fragmentée du réel. Deux grands miroirs placés face à face agrandiront, quant à eux, l'espace et multiplieront l'image à l'infini. Ils donnent profondeur et lumière à une pièce et sont une sorte de réalité augmentée.  
 
Notre œil, habitué au graphisme de l'affiche publicitaire, de la signalétique et de la sérigraphie, aime les chiffres et les lettres décoratifs qui frappent au premier abord les regards et les imaginations. En bois, en zinc ou luminescentes, ces lettres permettent de faire parler les murs et de transmettre des messages pleins de poésie ou d'humour. Elles ont aussi la valeur d'une signalétique et renseigneront le visiteur sur la situation de la cuisine ou de la salle de bain. On les aime surtout comme des contrepoints, des messages subliminaux, de courts poèmes ou des commandements pour dire l'essentiel. 
 
Cadres en bois sculpté, en plâtre doré, en mosaïque, en métal argenté ou en bois lasuré servent moins aujourd'hui à encadrer des tableaux qu'à entourer le vide. Placés côte à côte avec des miroirs et d'autres cadres, ils forment des frises ou des compositions géométriques. On crée également des contrastes en plaçant dans un cadre ancien une photographie contemporaine, on opère des détournements en plaçant au centre du cadre vide un objet "pauvre" ou "usuel", qui ainsi anobli, prendra une autre signification. La mode du cadre vide n'est pas seulement décorative et sans doute faut-il lui donner un sens plus profond.
 
 Le cadre vide, par-delà la peinture figurative, l'abstraction, l'art conceptuel et les interdits qui pèsent sur la représentation, semble dire que l'image des images est toujours à venir. 
 
 
 

Références & Nouveautés

  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |
  •  |

Spécialistes

  • DOLLY
  • COTE BASTIDE
  • SOPHIA
  • Moissonnier
  • Mathilde M
  • UMOS design

Achats en ligne

  • Achats en ligne

    Kare - vase vibes vert 39 cm - Vase Décoratif

    Kare vase vibes vert 39 cm

    Hauteur :38.5 cm - Largeur :20.5 cm - Longueur :20.5 cm - Materiaux :verre - Poids :8

    97€
    Acheter
  • Toutes les ventes en ligne

    Coups de coeur

  • Coup de Coeur

    SOPHIA - venus set - Serre Livres

    SOPHIA venus set

    Venus Set of 2 Bookends Weight: 4500 gr Dimension: 26x7x17cm

    110.90 € env.
  • Tous les coups de coeur

    A saisir

  • A saisir

    WHITE LABEL - miroir salle à manger moderne coloris chêne réglis - Miroir

    WHITE LABEL miroir salle à manger moderne coloris ch

    Un miroir pas cher n?est pas forcément dénué de charme. Pour preuve, ce miroir coloris chêne ...

    125€
    Acheter
  • Toutes les promotions

    Nouveautés

  • Nouveaute

    CHAMBERLAIN & CO -  - Vase Couvert

    CHAMBERLAIN & CO

    Urne fleurie

    Prix sur demande
  • Toutes les nouveautés

    Le Mag : Objets décoratifs

    ENVOYER À UN AMI