Notre site Web utilise des cookies. En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Pour obtenir plus d'informations sur la façon dont nous utilisons les cookies et dont nous gérons vos préférences, rendez-vous dans la rubrique Informations sur les cookies

×

Le salon en ligne international de la décoration, du design et de l'habitat

Liste d'envies

Demander la documentation Partager ma liste d'envies par email
produit

Penture - Quincaillerie de porte

Penture "Penture" : du latin pendere : pendre. Les pentures assurent la rotation d'un ouvrant et, éventuellement, maintiennent son équerrage et consolident ses assemblages. Ce rôle de soutien explique l'ampleur donnée, au Moyen Age, aux pentures des portes des cathédrales, basiliques, églises, abbayes, etc. ; les ferronniers trouvèrent dans cette nécessité technique un motif d'ornementation. Par contre, dès la Renaissance, les progrès accomplis par la menuiserie, l'abondance des sculptures et des moulures relèguent l'emploi des pentures à un rôle secondaire. Les plus anciennes pentures conservées en France ne remontent pas au-delà du XIe siècle. Cinq grandes écoles peuvent se distinguer en France : 1 -En Auvergne, les pentures sont formées de bandes horizontales d'où partent des éléments verticaux, divisés en leur partie moyenne par un losange aux extrémités décorées de têtes humaines ou animales et se terminant en larges volutes en forme de C. Le Puy, Brioude, Auzon, Le Dorat (où l'on peut voir encore des parcelles de cuir de protection), Billom, Compains, Ebreuil, Lanobre, Orcival, Neuvy-Saint-Sépulchre et Gannat. 2 -Dans les Pyrénées-Orientales, le décor est plus serré. Des bandes horizontales en fer plat, aux bords relevés, sont refendues à leur extrémité pour former une double volute; de ces bandes, partent, symétriquement, une série de volutes à enroulement serré. Palalda, Coustouges, Marcevol, Saint-Féliu-d'Amont, La Trinité, Comeilla-de-Conflent, Eus, Odeillo, Prades, Prats-de-Mollo (restaurées), Belpuig, Serralongue, Vin ça. 3 -En Ile-de-France, Bourgogne et Provence, c'est la technique de l'étampage qui est à l'honneur. La bande est formée d'une série de « brindilles », maintenues, de place en place, par des « embrasses » qui dissimulent les sou- dures. Ces brindilles se ramifient en légères volutes décorées d'animaux fantastiques et de végétaux, exécutés à l'étampe. Paris: portail Sainte-Anne, à Notre-Dame. -Dans l'Yonne : Vézelay, Pontigny, Sens. -En Provence : Saint-Gilles-du-Gard, Saint- Trophime, à Arles. 4 -En Alsace, les pentures sont exécutées en fer battu, découpé et ciselé. La branche se ramifie en trois parties d'où naissent des fleurs et des feuilles. 5 -En Anjou, de fausses pentures, en fert plat, forment un décor à répétition où des éléments cruciformes s'opposent à des losanges et à des C. Les embouts sont ornés de têtes modelées au marteau. Dans le Maine-et-Loire : Saint-Maurice, à Angers, Fontevrault- Dans la Charente-Maritime : Esnandes. Les modèles simples se composent d'une bande fixée sur l'ouvrant, perpendiculairement au sens de l'ouverture. Cette branche se termine par un noeud qui se meut sur le mamelon d'un gond, fixé sur le dormant ou scellé dans le mur. Les pentures flamandes, sont formées de deux bandes, disposées de part et d'autre de la menuiserie. Pentures droites: le noeud est sur le même plan que la bande. Pentures coudées: le noeud est en retour d'équerre.
Afficher par 100
  • 1
    2

ENVOYER À UN AMI